Jani y Luz Marina

au renseignement militaire illégal contre nos leaders Luz Marina et Jani Rita protection des témoins et des preuves urgentes

4ÉME LETTRE OUVERTE

#SOMOSGENESIS (#NOUS SOMMES GENÈSE)

Face au renseignement militaire illégal contre nos leaders Luz Marina et Jani Rita protection des témoins et des preuves urgentes

10 Mai 2020

Aujourd’hui, un salue les femmes qui ont conçu la vie, qui ont toujours donné la lumière de l’amour à de multiples projets de liberté, de paix, et justice entre les ténèbres pour la violence et la persécution dont nous sommes encore victimes, malgré la signature d’un accord de paix, grâce à toutes les mères.

Nous saluons tout particulièrement nos leaders, Luz Marina Cuchumbe et Jani Rita Silva, victimes des opérations illégales de la soi-disant intelligence des forces militaires. Pour eux beaucoup de force, de sagesse et de tranquillité en ce temps où elles nous représentent comme le signe de la persécution pour avoir affirmé la paix dans la justice sociale et environnementale. Vous les femmes avoir l’appui de nous. Vous êtes la manifestation de notre courage et de notre bravoure. Merci.

Un hommage à toutes les femmes assassinées depuis la signature de l’Accord entre l’État et les FARC EP, en particulier nos joyeuses Emilsen Mayoma et Doris Valenzuela. Nous saluons ses fils et tous les orphelins de nos multiples guerres armées et de l’exclusion.

Nous saluons les mères vivantes ou mortes de militaires, paramilitaires, guérilleros, groupes criminels, bandes urbaines et tous les ex-combattants, d’hommes d’affaires pilleurs et destructeurs de l’environnement, pour qu’en honorant l’amour d’origine nous construisions un pays fraternel et juste.

Nous remercions les témoins qui, il y a quelques jours, ont fait état d’opérations illégales contre nos dirigeantes Luz Marins et Jani Rita et les défenseurs des droits humains, le prêtre Alberto Franco et Danilo Rueda de la Commission Justice et Paix. Les témoins ont déclaré que les leaders de nos processus qui ont souffert de l’espionnage sont beaucoup plus, ainsi que ceux de la Commission Justice et Paix, de journalistes de Contagio Radio et d’autres organisations de droits de l’homme et de paix. Tout est dans des bases de données, qui probablement de lundi dernier à aujourd’hui ont été déplacés ou supprimés comme cela s’est produit avec les dossiers du DAS maintenant éteint.

Aujourd’hui, nous continuons d’expérimenter de nouvelles formes de répression et d’états d’exception avec ces espionnages qui suivent. Tout cela remonte à 2002, cela semble absurde, mais c’est réel.

Aujourd’hui, nous continuons d’expérimenter nouvelles formes de répression et d’états d’exception avec ces espionnages qui encore continuent. Tout cela est qualifié depuis 2002.

Nous vous invitons à soutenir la protection des témoins et des preuves, ces mesures préventives sont urgentes, alors qu’il est possible de transformer des questions de fond.

Nous leur demandons instamment :

  1. Ecrire au sénateur Leahy du parti démocrate des États-Unis pour avoir déclaré que les recours des citoyens des États-Unis ne sont pas pour réaliser des violations des droits de l’homme, demander que, par l’intermédiaire du président Duque, il fasse rapport de manière détaillée sur l’utilisation des ressources des États-Unis dans les opérations de renseignement de 2002 à aujourd’hui, avec les noms des responsables de l’exécution https://www.leahy.senate.gov/ .
  2. . Écrire au nom de nos processus victimes à la Juridiction Spéciale de Paix, JEP, [email protected], pour ouvrir une affaire d’opérations illégales de renseignement, avant la signature de la fin du conflit armé avec les FARC, et demander la protection des témoins d’exception et de leurs familles, et les preuves, en évitant qu’ils ne soient tués et les preuves éliminées. La justice n’a jamais élucidé ni sanctionné les renseignements illégaux effectués par le bataillon Charry Solano, la Brigade XX et d’autres instances, comme le montre le rapport présenté par la Coordination Colombie Europe, La justice n’a jamais élucidé ni sanctionné les renseignements illégaux effectués par le bataillon Charry Solano, la Brigade XX et d’autres instances, comme le montre le rapport présenté par la Coordination Colombie Europe, le Collectif d’Avocats José Álvear Restrepo et la Commission Intereclesiale de Justice et Paix, le 7 février 2020, à la Juridiction Spéciale de Paix, JEP.
  3. Et, écrire à la Commission de la vérité, CEV, [email protected] avec la protection due entendre les témoins et prendre toutes les mesures possibles pour leur protection et celle des preuves.

Signent :

-Communautés d’autodétermination, CAVIDA, Vie, Dignité Le Territoire collectif de Cacarica, (Chocó).

– Familles victimes de Camp (Antioquia)

-Association des femmes déplacées de Riosucio, CLAMORES (Chocó).

-Cabildo supérieur Embera de Réserves indigènes Urada Jiguamiando, CAMERUJ, (Chocó).

– Communauté Wounaan du Réserves indigènes de la rivière Pichimá Quebrada déplacée à Docordó, Litoral San Juan (Chocó).

-Réserves indigènes Wounaan de Juin Phu Buur, Cacarica, (Chocó).

– Réserves indigènes Humanitaire de l’environnement SO BIA DRUA, Jiguamiandó, (Chocó).

– Zone de biodiversité La Yulina, Le Territoire collectif de Curbaradó, (Chocó).

-Zone de biodiversité El Retorno, Le Territoire collectif de Pedeguita y Mancilla, (Chocó).

 -Zone de biodiversité La Esperanza, Famille Polo, Le Territoire collectif de Pedeguita y Mancilla, (Chocó).

– Zone de biodiversité Mary Hernández, Le Territoire collectif de Pedeguita y Mancilla, (Chocó).

-Zone de biodiversité Andalucía, Le Territoire collectif de Curbaradó, (Chocó).

-Zone de biodiversité Caracolí, Le Territoire collectif de Curbaradó, (Chocó).

-Zone de biodiversité La Yulina, Le Territoire collectif de Curbaradó, (Chocó).

 -Zone de biodiversité El Hobo, Le Territoire collectif de Jiguamiandó, (Choco).

-Zone de biodiversité colletif La Madre Unión, Territorio Colectivo de La Larga Tumaradó, (Chocó).

-Zone humanitaire Andalucía, Le Territoire collectif de Curbaradó, (Chocó).

-Zone humanitaire Camelias, Le Territoire collectif de Curbaradó, (Chocó).

-Zone humanitaire Caño Manso, Le Territoire collectif de Curbaradó, (Chocó).

-Zone humanitaire Caracolí, Le Territoire collectif de Curbaradó, (Chocó).

-Zone humanitaire Costa Azul, Le Territoire collectif du Curbaradó, (Chocó).

-Zone humanitaire Nueva Esperanza, Le Territoire collectif de Jiguamiandó, (Chocó).

-Zone humanitaire Pueblo Nuevo, Le Territoire collectif de Jiguamiandó, (Chocó).

-Association des victimes de Inzá, “Semeurs de la paix”, (Cauca).

-Réseau de défense de l’eau, de la vie et du territoire, (Cauca).

-Groupe des familles d’exécutions extrajudiciaires, (Huila).

-Groupe de victimes du sud (Huila).

 -Réserves indigènes Naexal Lajt du village Jiw, Mapiripán, (Meta).

-Société des femmes payssanes Nariño, Comucan.

-Familles Conseils communautaires Tumaco, Nariño.

-ADISPA organisation représentative des 24 communautés, réserve indigène payssane   Perla Amazónica, (Putumayo) :

 -Communauté de Agualongo.

-Communauté de Bajo Cuembí.

-Communauté de Bajo Lorenzo.

-Communauté de Bajo Mansoyá.

-Communauté de Baldío

-Communauté de Belén.

-Communauté de Bocana de Cuembí.

-Communauté de Buen Samaritano.

-Communauté de Camios.

-Communauté de Angosturas.

-Communauté de Chufiyá.

– Communauté de Comandante.

-Communauté de Frontera.

-Communauté de Guadalupe.

-Communauté de Juvenil.

-Communauté de La Alea.

-Communauté de La Española.

-Communauté de La Piña.

-Communauté de La Rosa.

-Communauté de Puerto Playa.

-Communauté de San Salvador.

-Communauté de Sevilla.

-Communauté de Toaya.

-Communauté de Zamora.

-Association Conseil régional, village Nasa Kwesx Kxsaw, (Putumayo) composé de :

-Cabildo indigène Çxhab Wala, Villagarzon.

-Cabildo indigène Juan Tama, Puerto Guzman.

-Cabildo indigène Kiwe Nxusxa, Las Delicias.

-Cabildo indigène Kiwe U’kwe, Puerto Caicedo.

-Cabildo indigène Kiwe U’se, Nueva Palestina, Valle del Guamuéz.

Cabildo indigène Kiwe Zxiçxkwe, Tierra Linda, Valle del Guamuéz.

-Cabildo indigène Kjwen Tama Luuçxwe’sx, hijos de Juan Tama, Mocoa.

-Cabildo indigène Ksxa’w Nasa, Alto Danubio, Puerto Asís.

-Cabildo indigène Kwe’sx Kiwe, Orito.

-Cabildo indigène Kwe’sx Kiwe. Puerto Asís.

-Cabildo indigène Kwe’sx Nasa çxayu’çe, Alto Coqueto, Puerto Caicedo.

-Cabildo indigène Kwe’sx Tata Wala, Puerto Caicedo.

-Cabildo indigène Nada Kiwe Puerto Leguizamo.

-Cabildo indigène Nada Tkuymatewe’sx, Orito.

-Cabildo indigène Nasa Fxi’w La Libertad, Puerto Asís.

-Cabildo indigène Pkid Kiwe, Los Guayabales.

-Cabildo indigène Sat’t Tama, Puerto Asís.

-Cabildo indigène Thä’ Tadx Kiwe, Loma Redonda, Villa Garzón.

-Cabildo indigène Yu’ Çxihme, El Libano, Puerto Caicedo.

-Cabildo indigène Yu’kh Zxiçxkwe, Selva Hermosa, Puerto Caicedo.

-Cabildo indigène Yu’luuçx, Las Minas, Puerto Asís.

-Village Jerusalén, Villa Garzón.

-Village Mühm Kiwe, Los Guaduales, Puerto Guzmán.

-Réserves indigènes Jerusalén San Luis Alto Picudito.

-Réserves indigènes Jxkase Kiwe, El Descanso, Puerto Guzmán.

-Réserves indigènes La Florida, Mocoa.

-Réserves indigènes Nasa Çxhab, Puerto Asís.

-Réserves indigènes Kiwnas Çxhab, Alto Lorenzo, Puerto Asís.

-Réserves indigènes Nasa Uh Los Gavilanes, Jardines de Sucumbíos, Ipiales

-Réserves indigènes Sek Kaanxi thä’ Kiwe Alpes Orientales, La Floresta, Alto Coqueto.

-Réserves indigènes Txitx U’kwe Kiwe, Porvenir La Barrialosa, Puerto Guzmán.

-Réserves indigènes Yu’ukwe Kiwe, Aguaditas, Puerto Guzmán.

-Village San Luis Alto Picudito, Villa Garzón.

-Village Santa Rosa de Juanambu, Villa Garzón.

-Association des victimes de Trujillo (Asfavit), (Valle del Cauca).

-Village Asokoinonia de Río Chiquito, Trujillo (Valle del Cauca).

-Conseil communautaire de Cabeceras, Bajo San Juan, (Valle del Cauca).

-Zone humanitaire Puente Nayero, Buenaventura, (Valle del Cauca).

-Réserves indigènes humanitaire Santa Rosa de Guayacán, Calima, (Valle del Cauca).

-Réserves indigènes biodiversité humanitaire Unión Agua Clara (Valle del Cauca).

-Victimes de dépossession Tres Esquinas.

Les signatures continuent…

Antioquia, Cauca, Chocó, Dever, Meta, Putumayo, Valle del Cauca

P.S:

Nous sommes sur nos territoires sans réponse à nos lettres du 18 mars (https://www.justiciaypazcolombia.com/carta-abierta-2-llamado-al-presidente-duque-maximo- comandante-ffmm/) et du 9 avril (https://www.justiciaypazcolombia.com/2da-carta-abierta- salud-alimentacion-agua-urgente-y-respuesta-a-acuerdo-humanitario-globalcovid19/).

Nous courons un risque COVID19 en raison de la poursuite des opérations militaires, dont beaucoup protègent des entreprises privées avec lesquelles ils ont signé des accords, ou tolérants avec des opérations de type paramilitaire, des opérations commerciales sans aucune mesure préventive continuant à spolier et à endommager l’environnement.

Le président Duque reste engagé dans l’éradication forcée sans aucune mesure préventive par COVID19 et poursuivre les fumigations au glyphosphate.

Aujourd’hui, nous continuons d’appeler à l’arrêt les diverses formes de la guerre militaire et économique. C’est pourquoi nous regrettons que l’ELN, avec ses raisons, ait décidé de mettre fin à la cessation unilatérale.

Pourtant, nous gardons l’espoir que la pandémie et ses conséquences qui se profilent dans notre pays, nous permettront à tous, aux entrepreneurs et toutes les expressions armées régulières et irrégulières, penser à la possibilité de la construction d’un autre pays vers la justice sociale et environnementale.